En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour assurer le bon fonctionnement de nos services.
En savoir plus

VIE DE L'ETABLISSEMENT

Hommage à Fernand Carrier

Par MICHEL ALONZO, publié le mercredi 8 mai 2019 17:15 - Mis à jour le jeudi 9 mai 2019 09:40

Les élèves de 3F se sont prêtés à un mannequin challenge pour rendre hommage à Fernand Carrier.

Le poème lu est celui de ce soldat, mort au champ d'honneur, le 29 juillet 1918 à l'âge de 22 ans.

C'est un travail qui a un lien avec le devoir de mémoire, mais c'est aussi une occasion pour les élèves de se mettre en scène d'une façon originale, de lire avec sobriété un poème et de permettre à l'un d'entre eux de filmer ses camarades.

Et l'air de rien, quel boulot! Je suis très fière d'eux...

Mme Marques


Rêves et tourmente

 

Etre là, dans un trou, blotti contre un talus

Sous la grêle effroyable et folle des obus !

Etre là ! Ne pouvoir partir ! Sentir l’immense

Souffle lugubre et froid de la mort en démence

Passer sur votre tête et faire frissonner

Le corps que l’on essaie en vain de dominer !

Etre là ! Ecouter sous l’horrible rafale

Monter, autour de vous, rauque et profond, le râle

Des blessés appelant sans espoir au secours !

Etre là ! Se baisser en attendant toujours

La fin de cette sombre et rouge boucherie,

Et s’étonner, tremblant, qu’on sente encor la vie

Circuler dans le sang qui fait bondir le cœur,

Sous la peau où ruisselle une étrange sueur !

Et puis quand le silence a recouvert la plaine,

Quand la nuit lentement s’est refaite sereine,

Aller, la gorge sèche, enlever les blessés,

Reconnaître les morts l’un sur l’autre entassés,

Et la tâche accomplie, les yeux au ciel sans voiles,

Interroger, farouche et calme, les étoiles !…

 

Aisne, avril 1917, en souvenir d’une nuit sanglante.
Fernand Carrier, « Rêves et tourmente », L’ombre étoilée 1919.